Jean Pierre Ruel

Jean Pierre est né à Saint Etienne en 1970. Il est diplômé de l’école des Beaux Arts de Lyon en 1993 et de  celle de Paris en 1996. Dès 1997 il est couronné du Prix de Peinture au Salon de Mai à Paris et l’année suivante du premier prix Marin de Paris. En 2000 il est lauréat du prix International d’Art Contemporain de Monte Carlo. Il expose alors non seulement à la Galerie Aittouarès de Paris, mais il est présenté la plupart des années à Art Paris et a la Toronto International Art Fair. En effet Jean-Pierre expose en France régulièrement (Paris, Annecy, Honfleur), mais il est aussi représenté par la Galerie d’Este à Montréal. Sa carrière internationale a aussi emmené ses toiles à Séville, Belgrade et à Taïwan. Jean-Pierre vit et travaille aujourd’hui à Robion dans le Vaucluse, sur les contreforts du Luberon.

Présentation de l'artiste.

Jean-Pierre serait bien embêté s'il devait expliquer pourquoi, au départ, il a choisi la peinture plutôt qu'autre chose. Car l’un de ses premiers souvenirs et d'avoir vu naître une image sous son pinceau.

Par ailleurs, il considère qu'avec la peinture il est impossible de tricher et qu'elle nous met face à nos limites. Dans le monde numérique où tout est falsifiable, la peinture reste pour lui un vieux totem rassurant fixe et authentique. Elle est pour lui une façon de préserver un lien précieux avec son histoire, malgré son poids un peu écrasant.

Jean-Pierre entre donc avec modestie dans son atelier. S’il ne sait jamais vraiment à l'avance ce qu'il va faire, il organise malgré tout souvent une toile par rapport aux autres : il est porté par une idée ou par des histoires personnelles qui deviennent alors des thèmes. Jean-pierre parsème ses toiles de détails et de petits signes, comme des citations et des clins d'œil à diverses choses qui sont parfois personnelles comme un souvenir ou une histoire qu'il est le seul à comprendre.

Mais cette mythologie personnelle prend un caractère universel par ce qu’elle a de symbolique et se situe souvent dans des références plus larges qui parlent alors à tous. Dans sa mythologie il fait référence à beaucoup de symbolisme tel les astres, les animaux, et peuple ses toiles de poupées humaines, toujours fragiles, en léger déséquilibre dans la vie comme posées de manière précaire sur la toile.